Signer avec un label, mode d’emploi

Signer une musique sur un label est essentiel à la carrière d’un artiste. La musique que vous souhaitez signer doit sortir du lot, mais cela ne suffit pas. En effet, la manière dont vous approchez le label, dont vous vous vendez en quelque sorte, est tout aussi importante. De nombreuses musiques grandioses n’ont jamais vu le jour en raison d’une mauvaise communication.

Chez Fuvi Clan, nous travaillons avec de nombreux artistes et labels, qui nous ont donné leurs conseils pour réussir à signer sa musique chez une maison de disques. Il n’existe pas de règles fondamentales, mais en prenant en compte les recommandations suivantes, vous accomplirez plus que 95% des artistes étant dans la même situation que vous.

Un label, c’est quoi ?

Premièrement, il est important de comprendre la position d’un label. Il s’agit d’une entreprise, qui a besoin de gagner de l’argent pour exister, il gagne de l’argent en commercialisant les musiques présentes sur son répertoire. Il investit dans ses artistes en les mettant en avant (via la communication, le marketing, le design, etc…), il souhaite donc générer des revenus sur les titres commercialisés pour couvrir ses dépenses.

Les facteurs garantissant un meilleur retour sur investissement sont la qualité des musiques, la fanbase de l’artiste, le marketing, l’engagement et le respect de l’identité musicale du label (qu’il soit orienté mainstream ou commercial). Plus vous marquez de points dans ces différents facteurs, plus vous devenez intéressants aux yeux du label.

Au sein d’un label, la personne à la recherche de nouveaux talents et qui écoute les démos est appelé A&R (Artist & Repertoire). Les meilleurs d’entre eux reçoivent plus de 100 démos par jour. Parfois, l’A&R préfère signer un artistes provenant de son réseau plutôt que de choisir parmi les 3000 musiques reçues le mois dernier. Cela peut paraître injuste, mais c’est une réalité.

Le réseau, c’est essentiel

Cela crée donc une parfaite transition vers le sujet suivant : le facteur de succès le plus significatif dans l’industrie de la musique est la qualité de votre réseau. Vous devez créer des relations avec les bonnes personnes, de vraies relations, sincères et durables. Si vous n’êtes pas sincère et agissez par intérêt, cela se ressent assez rapidement, et dans un univers relativement restreint tel qu’est l’industrie de la musique, une mauvaise réputation se crée rapidement. J’ai personnellement pu observer des artistes saboter leur carrière suite à leur propre comportement. Mais nous nous écartons du sujet.

Soigner son approche

Si dans l’immédiat, il n’est pas possible pour vous de nouer des relations, il est primordial d’avoir ce même état d’esprit lorsque vous envoyez votre démo à un label. Pensez à nouer des relations à long terme. Vous n’avez qu’une seule chance de donner une bonne première impression, et cette première impression est souvent celle qui perdure.

Vous devez montrer au label que vous vous intéressez à lui, l’e-mail envoyé doit être personnel. Si vous envoyez le même e-mail générique à plusieurs labels, cela se ressent. « Salut, je suis [nom] et voici ma musique » ne fonctionne pas, je peux vous l’assurer. Pour un label, cela se traduit par : « Je ne sais pas qui vous êtes, vous ne savez pas qui je suis, j’ai uniquement besoin de signer cette musique », pas très classe n’est-ce pas ?

Commencez par lister les 4-5 labels sur lesquels vous adoreriez signer votre musique et faites quelques recherches. Débutez par Google et les différentes plateformes et réseaux sociaux sur lesquels les labels sont présents. Il est important de connaître le nom des fondateurs, directeurs, A&R. LinkedIn est un excellent moyen de connaître le nom de chacun. De même, le site web hunter scanne le cache des sites web et en extrait les adresses e-mail, c’est un excellent moyen d’entrer en contact avec la bonne personne. Ces personnes sont généralement actives sur leurs comptes personnels Twitter, Instagram ou Facebook. Réagir à leur contenu est un bon moyen de créer une relation.

Avant d’envoyer votre démo, vous devez soigner votre présentation, comme expliqué auparavant, il est nécessaire de marquer des points pour attirer l’attention des labels. Soignez votre présence sur les réseaux sociaux. Vous devez avoir des pages professionnelles sur Facebook, Twitter, Youtube et SoundCloud au minimum. Les URLs doivent être similaires sur chaque plateforme, le but est de vous retrouver rapidement. Il est important de lier toutes ces plateformes entre elles, de créer un lien vers votre site web et de faire apparaître votre e-mail (ou celui de votre manager).

La création d’un site web n’est pas obligatoire lorsqu’on débute, mais pour moins de 50€/an, vous pouvez obtenir un nom de domaine (qui doit correspondre aux URLs de vos réseaux sociaux) et un hébergement sur OVH. C’est un maigre investissement qui peut être rapidement bénéfique. Vous pouvez ensuite le créer rapidement avec WordPress. Cela peut vous sembler complexe, mais c’est en réalité plus simple qu’il y paraît. De nombreux tutoriels sur Youtube et sur Google peuvent vous aider à créer un site web facilement.

Pour affirmer votre image de marque, un logo et des photographies professionnelles sont un must have. Toutefois, ne pas avoir de design est préférable à un mauvais design. Si vous ne vous sentez pas en capacité de réaliser un logo à la hauteur, vous pouvez utiliser des plateformes telles que 99designs pour qu’un graphiste professionnel réalise votre logo à un certain prix défini en amont.

Ces éléments sont tous essentiels, si vous avez pris en compte les recommandations précédentes et si votre présentation est soignée, vous pouvez entrer en contact avec le label

Envoyer sa démo

Simplifiez au maximum la tâche des labels recevant vos démos. Comme expliqué auparavant, les A&R reçoivent de nombreuses démos. Vous pouvez être certains qu’ils écoutent chacune d’entre elles, c’est un travail monstrueux, il faut donc que vous leur simplifiiez la tâche. Exportez la démo en MP3 320kbps. C’est suffisant, les formats WAV ou AIFF sont trop volumineux et pourraient décourager les A&R de télécharger votre musique. N’envoyez surtout pas votre démo en pièce jointe d’un e-mail, c’est trop volumineux et plus personne ne fait cela. Préférez plutôt d’envoyer un lien privé SoundCloud ou DropBox, c’est sur ces plateformes que le label pourra télécharger le fichier MP3. Vous devez également vous familiariser avec les noms de fichiers et le tag ID3. Ce dernier peut être édité sur votre logiciel de MAO. Il est recommandé d’utiliser le même titre pour le nom et le tag ID3, tel que : « Artiste – Titre de la musique (Type de mix) (Adresse e-mail) » de manière à ce que l’A&R puisse rapidement retrouver votre fichier.


Bien évidemment, envoyez uniquement une musique qui est terminée, avec un mixage et un mastering excellent, mais vous ne seriez pas en train de lire ces lignes si ce n’était pas le cas. Excluez donc les remixes, reworks, édits et les tracks que vous avez déjà publié (Exemple : les Free Download).
Il est également évident que lorsque vous envoyez vos démos à un label étant dans un pays différent, écrivez leur en anglais. Google Traduction et autres traducteurs automatiques ne seront malheureusement pas vos amis. Si vous pensez que votre Anglais n’est pas assez bon, n’hésitez pas à engager quelqu’un qui le traduira pour vous.

L’art d’envoyer un e-mail

L’envoi d’e-mails est une compétence qui peut paraître banale, mais il est nécessaire de la maîtriser. L’e-mail doit être personnalisé, le label doit se sentir spécial et être flatté que vous vous adressiez à lui. Bannissez l’emploi des cc et cci pour l’envoi d’e-mails génériques à plusieurs labels. Cela se remarque et ce n’est pas professionnel. Vous devez également montrer votre confiance en vous. Un e-mail contenant « Voilà ma dernière démo, elle n’est pas parfaite, mais je vous l’envoie quand même » ne sera pas très convaincant. Parfois, une légère pointe d’arrogance peut être bénéfique.
Reprenez la liste de 5 labels que vous avez réalisé auparavant. Si vous avez commencé à nouer une relation avec l’A&R ou l’employé de l’un d’entre eux, vous pouvez lui envoyer directement votre démo. Votre e-mail doit être court et efficace et inclure le lien privé vers SoundCloud (ou DropBox). Si vous manquez d’imagination pour l’objet de l’e-mail, utilisez un objet générique tel que « Démo – [Artiste – Titre de la musique (Type de mix)] ». Lorsque quelqu’un ouvrira votre e-mail et écoutera votre musique, il est très probable qu’il se rende ensuite sur vos pages de réseaux sociaux, voilà pourquoi il est important que tout soit au point. Rappelez-vous, vous n’avez qu’une seule chance de donner une bonne première impression.
La question de l’e-mail de relance se pose désormais. Il n’y a malheureusement pas de bonnes réponses, mais vous devrez faire preuve de patience. Il est recommandé d’attendre 1 semaine avant d’envoyer le premier e-mail de relance, une semaine supplémentaire pour le deuxième e-mail de relance. N’envoyez jamais plus de 3 e-mails ou vous pouvez rapidement être considéré comme spam et cela peut jouer en votre défaveur à l’avenir. Si vous n’avez toujours pas de réponse après 1 mois, il est temps de passer au label suivant.

Cela peut devenir décourageant, mais vous ne devez pas baisser les bras. Peut-être que votre démo ne convient pas à l’orientation artistique actuelle du label, mais la prochaine démo sera la bonne, ou le prochain label sera le bon. Il faut multiplier ses chances. Tous les artistes que nous avons questionné sont d’accord sur ce point, la persévérance est la clé.

Cet article vous aura apporté plus de précisions sur le fonctionnement d’un label et je l’espère sérieusement, vous aidera à signer votre prochaine musique.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’industrie de la musique et recevoir des conseils et recommandations régulièrement, abonnez-vous à la newsletter de Fuvi Clan.

Partager sur